L'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille confie à la Société des Eaux de Marseille la lutte contre le risque de légionellose dans l'ensemble de ses établissements hospitaliers. 

Un partenariat durable

Les infections contractées à l'hôpital sont désormais considérées comme un problème de santé publique contre lequel les établissements doivent lutter efficacement. C'est ainsi que l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a confié à la Société des Eaux de Marseille, la maintenance des installations de traitement d'eau et d'hydrothérapie de la Timone.

Un partenariat durable entamé en 2003, qui se traduit aujourd'hui par des prestations multiples dans l'ensemble des quatre hôpitaux de l'AP-HM : Nord, Sainte-Marguerite, la Conception et la Timone où la Société des Eaux de Marseille entretient les installations de traitement et de production d'eau chaude sanitaire.

Une vigilance permanente

Les autorités sanitaires imposent une mesure régulière de la température de l'eau dans le cadre de la lutte contre les risques liés aux légionnelles, des bactéries qui prolifèrent entre 25°C et 45°C.

Ce travail impose une technicité que la Société des Eaux de Marseille a su développer depuis des années à travers son procédé innovant de télé-relevé des températures. De petits capteurs sont positionnés sur des endroits stratégiques du réseau et envoient des informations en temps réel sur internet. Si des seuils d'alerte sont dépassés, une alerte e-mail ou SMS est lancée afin que les techniciens de la Société des Eaux de Marseille puissent réparer rapidement une éventuelle anomalie. En parallèle, des analyses rapides peuvent aussi être effectuées, notamment une recherche d'ATP (adénosine triphosphate) qui constitue un indicateur fiable de prolifération bactérienne.

La priorité est d'équilibrer vitesse et débit de l'eau sur l'ensemble du réseau de façon à éviter la stagnation et les baisses de température. 

Auprès de la Sem, nous n’avons pas seulement trouvé des techniciens mais aussi des interlocuteurs bon connaisseurs de la problématique légionnelle. Leurs équipes ont fait des recherches sur toutes les parties susceptibles de développer ce risque, tout ce qui est bras mort, mauvaise circulation dans les réseaux, défaut de température, entartrage des préparateurs, etc.

La Sem nous aide ensuite à maintenir dans nos réseaux une température d’eau conforme aux réglementations nationales

Cédric Minelli, ingénieur hospitalier, responsable ‘’fluides’’ à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille.